Devenir beau-père






En France, on compte environs 800 000 familles recomposées. dans la société on a toujours beaucoup parler des belles-mères "contraintes" d'élever des enfants qui ne sont pas les leurs. Ils sont rarement sous les feux des projecteurs, mais pourtant, ils existent bien : LES BEAUX-PAPAS.

Si je décide de vous en parler aujourd'hui, c'est parce que depuis 1 an et demi mon amoureux a endossé ce rôle.

Lorsque nous avons commencé notre relation, beaucoup lui ont dit "N'oublie pas, elle a 3 enfants" "Tu es sur de vouloir élever 3 autres enfants?"

Pour lui, si je suis la femme de sa vie, mes enfants faisaient naturellement partis de sa vie. De toute façon il paraît évident que je n'aurai jamais commencé une relation si l'autre n'acceptait pas mes enfants.

Il y a d'abord eu : LA RENCONTRE

Très rapidement j'ai présenté mes enfants à mon amoureux. J'étais sceptique sur Jules mon deuxième. Et bien finalement, c'est celui qui a immédiatement été vers lui.

Avec mon amoureux, nous avons beaucoup parler de nos modes d'éducations. Sur le papier, nous étions d'accord sur tout.

Il y a ensuite eu : L’EMMÉNAGEMENT


Tout le monde a dû prendre ses repères. Mon amoureux passait de 1 à 4 enfants. Pas facile, me direz-vous, et je suis plutôt bien d'accord avec ça. Son rôle de beau-père a vraiment commencé à ce moment précis.


Il n'y a pas de manuel qui explique le rôle de beau-père. Ce rôle si incertain, car dès le début le beau-père est un intrus dans la vie de l'enfant. Le beau-père doit continuer de tenir cette flamme avec sa nouvelle compagne, tout en apprenant un nouveau rôle, et surtout bien le faire.

En 1 an et demi nous avons déjà eu plusieurs grosses disputes au sujet des enfants. Souvent je n'étais pas d'accord avec ses choix pour sa fille et inversement. Car non ce n'est pas parce que ce sont nos progénitures que l'on doit faire comme si il n'y avait qu'eux. Dès l'instant où l'on reconstruit une famille, il ne doit pas y avoir de différence. Mais au final, le plus dur ce n'est pas vraiment au sein du couple en lui même, mais de l'entourage familial.

L'ACCEPTATION DE L'ENTOURAGE

Ma famille a dû accepter mon rôle de belle-mère. Sa famille a dû accepter son rôle de beau-père.
Je me tire une balle droit dans le pied en parlant de ça, mais après tout ça fait parti de cet article sur le rôle de beau-père.
Ma belle-fille a été inclut à part entière, il n'y a que peu de différence. Lorsqu'un cadeau est acheté à un sans qu'il y ait d'occasion particulière, les 4 en ont un. Lorsqu'on me demande des nouvelles, c'est aux 4.

Dans sa famille ce n'est pas 1 enfant qui a dû être accepté mais 4. J'ai de la chance, dans l'ensemble ils ont été accueillit à bras ouverts. Il y a encore quelques différences qui me font souvent de la peine, surtout lorsque mon grand s'en rend compte et m'en parle. J'arrive à faire abstraction en me disant que ce n'est pas facile pour tout le monde.



Puis il y a eu : LA CULPABILITÉ

J'ai beaucoup culpabilisé. Parfois même à en pleurer. Lorsque je me suis séparée du papa, mes enfants étaient tous petits. C'est tout ce dont je ne voulais pas dans ma vie, mais la vraie vie est toujours différente de ce dont on espère.
Je me suis donc beaucoup demandé pourquoi j'avais fait ça, pourquoi j'avais enlevé le droit à mes enfants de vivre avec leur Papa et leur Maman, et de leur imposer un beau-père et une demi-sœur ?
Et c'est en tant que beau-père bienveillant que mon amoureux m'a répondu "Tu préfères qu'il voit une maman heureuse ou malheureuse ? Si les parents sont malheureux, les enfants le sont aussi".
Je suis d'accord avec ses mots. Mais j'ai toujours le cœur brisé lorsque mon grand de 5 ans me dit qu'il aimerait que je sois à nouveau amoureuse de son papa.

L'ACCEPTATION EST VENUE

Mon amoureux a toujours eu une relation particulière avec Jules, le 2ème. Dès le début il y a eu ce lien qui s'est créer. Parfois, je l'avoue j'en suis jalouse; il préfère souvent appeler son beau-père que moi. Mais je préfère ça au contraire. Je dis souvent que Jules est le fils qu'il aurait aimé avoir.
Petit à petit, Charly, mon grand, l'accepte. Il y a encore des moments où ça ne passe pas, mais comme j'ai déjà dis dans l'article où je parle de mon rôle de belle-mère, nous ne sommes pas obliger d'aimer nos beaux-parents ou beaux-enfants.
Quant à Éloïse, pour elle c'est bien plus abstrait. Elle n'a jamais vraiment connu son papa et sa maman ensemble. Du haut de ses 2 ans, elle gère très bien la situation, elle sait qui est son papa. C'est un vrai pot de colle avec nous deux, mais depuis quelques semaines elle s'est beaucoup attachée à son "Jojo".

LEUR PAPA, LEUR BEAU-PÈRE

Contrairement à cette chance que je n'ai pas eu, mes enfants ont un papa EXTRAORDINAIRE. Ils ont tout autant de chance d'avoir un beau-père EXCEPTIONNEL. Ils savent faire la différence entre les deux, mais ils savent que, peu importe si c'est leur père, ou leur beau-père les deux sont là pour eux. et je trouve ça merveilleux pour eux d'avoir deux hommes présents dans leur vie. Encore une fois je m'avoue jalouse, en ayant eu aucun présent dans ma vie. J'espère qu'ils se rendront compte de cette chance.

Entre leur papa et leur beau-père, encore une fois nous avons de la chance. Ils ne seront jamais amis, mais ils savent parler ensemble. Nous partageons souvent des repas tous ensemble. Déjà car c'est important pour les enfants que leur papa et leur maman soit réunis pour certains moments, mais y inclure leur beau-père est tout aussi important pour une harmonie familiale.

Etre beau-père ne se fait pas en un jour. Ça se construit pièce par pièce.
Le plus important est de gagner la confiance de la maman. J'ai toujours eu du mal à confier mes enfants à d'autres personnes que leur papa, mais avec mon amoureux ça c'est fait naturellement.
Il faut ensuite écouter l'enfant, leur vie est déjà bien difficile comme ça, il faut savoir prendre du temps pour eux, et qu'ils sachent exactement le rôle de chacun.

Mon amoureux avait le choix. Accepter 3 autres enfants dans sa vie a dû être bien compliqué, mais il a su le faire par amour. Par amour pour moi, et au fur et à mesure par amour pour eux.
Comme je dis souvent, nous sommes une famille ordinaire, mais pas si différente des autres.

Commentaires